endurotracks, la 5ème, cool alone (suspens hitchcokien).

Publié le par Taufflards Team

Nous voici donc rendus au départ de la 5é spéciale du jour, ma préférée pour tout avouer. le départ ayant lieu à l'ombre de même que les premières dizaines de mètres, ça m'évite de sécher trop vite et surtout, ça fait que le terrain est bien glissant. on ajoute à cela beaucoup de petits rochers et quelques racines bien traitres et ça donne un cocktail extrêmement rafraichissant à cette heure où en règle générale, on serait plutôt attablé devant un bon petit mojito (ou une tequila sunrise, y a pas de problème).

ça démarre assez calmement niveau pente, faut donc appuyer fort sur les pédales si on veut avancer un peu. comme d'habitude, je me fais secouer le citron, mais comme depuis quelques dizaines de minutes je me sens bien physiquement, je ne ressens pas trop les effets du shaker made in singletracks. je prends même un certain plaisir à me faire remuer la pulpe. ça me rappelle certaines fins de soirée où ça tabassait sévère après quelques verres de trop (ça vous est déjà arrivé de vous retrouver à un contre quinze ? moi, oui. putain, qu'est-ce qu'on lui a mis au mec !). je réussis même, si, si je vous jure, à prendre de la vitesse à des endroits où j'aurais pas cru ça il y a ne serait-ce que 3/4 d'heure. c'est grisant !

je passe relativement rapidement devant David, l'emplâtré du moignon, qui trouve bon de m'encourager en criant : "wahou ! tu me fais plaisir. je t'ai jamais vu rouler aussi vite !". et que croyez-vous qu'il advint ? j'entends, je me déconcentre, je rate le virage, facile le virage, je bute dans une racine (qui veut voyager loin, ménage sa monture) et m'étale à peu près dans la terre de la bruyère ( il y a dans les meilleurs conseils de quoi déplaire), terre qui aujourd'hui reste souple bien qu'elle fut molle hier (les langues ont toujours du venin à répandre).

encore une fois, je me ramasse. sans gravité toutefois, même pour tomber je fais ça à 2 à l'heure, c'est une constance. bradadaou style is on the road again ! je repars donc une énième fois et reprends un bon rythme. le tracé est physique au début sur quelques centaines de mètres, car peu pentu, ce n'est que partie remise, et demande à ce que l'on appuie fort et longtemps. ça use un peu, mais finalement, je me prends au jeu et tente de passer le plus vite possible (attention ! dans la limite de mes moyens...moyens). c'est un superbe toboggan où tout passe naturellement sans forcer son talent. c'est souple, le rythme est bon. j'arrive à ne pas me faire peur et prend de plus en plus confiance, à tel point que je tente des trucs inédits. je saute quelques cassures. ça répond bien et ça passe sans souci. je m’enhardis et tente encore plus de choses. je vais plus vite que jamais. faut dire que le foxy est un super vélo, très sûr, très stable. et en relance, quel pied ! ça répond du tac au tac. c'est vraiment un très bon spad. je saute tout ce qui se présente (bon, faut avouer c'est pas non plus la muraille de Chine qui se présente à nous, mais remis dans le contexte de mes capacités, ça veut dire quelque chose). je vais vraiment vite pour une fois, un p"tit saut ici, une marchounette par là. même pas sentie ! les racines ? quelles racines ? tiens des jeunes spectateurs, m'en vais leur montrer comment qu'ça s'passe un "superman seat grab", nom d'une brouette ! j'accélère encore (si, si, j'vous jure) et hop ! pour le superman, y a pas de problème. là où ça se corse, c'est pour le seat grab. comme je n'avais pas vu que le trou caché par la racine était vraiment gros et profond, la BOS va s'enfouir (la peur sans doute) au plus bas et talonne méchamment à la réception (c'est quoi cette BOS qu'a peur d'un trou ?). du coup, le superman est déclenché mais pour le seat grab, faudra repasser. la récep' se fait façon otarie du marineland, sur le ventre. ça tasse un peu les poumons (ça a fait "bwouff!" en atterrissant) mais je reste assez lucide pour gueuler à la cantonade : "et de 6!". ce qui a pour effet de bien faire marrer les jeunots qui n'avaient sans doute jamais vu ça de leur life (je m'adapte à mon lectorat. on sait jamais si par hasard, certains djeun's venaient à s'égarer ici-même).

bon, les conneries terminées, je repasse aux choses sérieuses, remonte sur le bike, fais environ, pfiou, 20 mètres et Là ! c'est LE truc pour les grands qui se présente à mes pneus ébouriffés. LE toboggan. effectivement, quand on fout les roues là-dedans, le seul truc qui vient à l'esprit c'est "OULALA !" (ndlr: c'est le nom de cette spéciale, comme quoi, l'orga fait pas les choses innocemment!). du coup, ma monture, effrayée, refuse l'obstacle et me fout par terre (7). mais je suis content, je viens de rattraper seb2 qui visiblement faisait un arrêt au stand. derrière moi arrive David, dans un fracas poussiéreux et chaotique et manque de s'étaler aussi. sur le côté, un membre de l'orga fait remarquer à l'entour qu'il doit y avoir une réunion des Taufflards aujourd'hui, ce qui nous fait bien marrer je l'avoue.

on entend alors approcher, le numéro 49, qui passe dans cette descente à une allure folle, comme si on était sur du plat. c'est impressionnant et beau à voir. on pratique pas le même sport c'est certain. de concert, avec mes collègues on décide de finir à pied cette portion. on fera du vélo demain.

la fin de la spéciale est beaucoup moins pentue, ça remonte même un peu et par 2 fois, et seb2 en profite pour me faire un block-pass des familles, alors qu'il était à la rue, qui a pour effet de me faire poser pied à terre et me faire perdre du temps. tant pis, sur cette spéciale, je l'ai niqué quand même (ma seule fierté du jour, j'ai le droit de me vanter, non ?). david de son côté termine la spéciale dans les rubalises, par excès de confiance sans doute. je finis au petit trot cette superbe trace et retrouve les copains pour l'ultime remontée vers la dernière étape que j'attends avec impatience...

Te volgen !

Commenter cet article

seb 27/05/2015 08:16

merci les amis pour vos commentaires obligés et vos compliments circonstanciés. du coup, je suis obligé de continuer sur le 6è et dernier épisode de cette saga sportive à suspens du 21è siècle que même les amerloques ils auront jamais ! heureusement pour vous, il n'y avait que 6 spéciales !
la bise !

Greg 26/05/2015 23:50

En effet, je n'ai jamais visité le blog aussi quotidiennement qu'en ce moment...

vivi 26/05/2015 22:06

pute !!!... on se prends au jeu !! tous les soirs , j'attends le prochain épisode et bientôt l'épilogue !!! pire que "plus belle la vie " !!! t'es encore meilleur qu'à v'tt mon sebounet !!! et c'est pas peu dire vu les progrès conséquents et incontestables des dernières spé singletrackoises !!!...à bientôt mon poulet .